Le burn-out maternel

Voici mon nouvel article pour lesmamans.fr !

Le terme « burn-out » s’applique habituellement à la sphère professionnelle mais il peut aussi concerner les parents, et il n’est pas exagéré de parler d’épuisement maternel.

Le burn-out maternel : pas uniquement de la fatigue

Si le burn-out est d’abord caractérisé par une fatigue profonde, il est aussi le fruit d’un sentiment d’échec et de désinvestissement. En effet, s’occuper de ses petits est un travail colossal auquel nous n’avons le plus souvent pas été préparées. Et même si la société évolue, dans la plupart des foyers nous sommes encore loin d’une répartition équitable des tâches entre hommes et femmes.

burn out maternel pleursLe sentiment d’échec et d’incompétence est également typique de ce phénomène. Le stéréotype d’une maternité merveilleuse, coulant de source, a la vie dure. En étant comblées d’un tel bonheur, souvent ardemment désiré… De quel droit nous plaindrions-nous ? Mais la réalité est tout autre, même si être mère peut bien sûr apporter des joies immenses. Et plutôt que de remettre ce mythe en question, nous avons vite fait de nous culpabiliser. Ce sentiment peut être décuplé quand il s’agit de se poser la question de reprendre ou pas le travail.

Enfin, épuisement et culpabilité finissent par conduire au désinvestissement. Car comme l’explique la psychologue Isabelle Filliozat dans Il n’y a pas de parents parfaits, la seule issue de la mère est alors « de se couper émotionnellement de la source de stress, afin de minimiser les fuites d’énergie et de continuer de remplir, comme un automate, les tâches qu’elle ne peut fuir ». Et ce désinvestissement entraîne très vite une détérioration de la relation avec son enfant.

Un mal difficile à accepter…

Nous paburn out maternelssons toutes plus ou moins régulièrement par des phases d’épuisement et de découragement, surtout avec de jeunes enfants ; c’est lorsque la situation se prolonge qu’elle devient réellement problématique. Mais dans une société où le travail des parents est peu reconnu, voire déconsidéré, et qui nous pousse à maintenir l’illusion que tout va bien, on peut mettre très longtemps à repérer et à admettre qu’on souffre de burn-out. Sortir du déni et de l’isolement est une étape difficile, mais indispensable.

Lâcher prise, demander de l’aide et prendre soin de soi.

Pour y parvenir, échanger avec d’autres parents est d’une grande aide : constater que l’on n’est pas la seule à éprouver des difficultés apporte un grand réconfort et permet de déculpabiliser. Partager ses expériences, services, trucs et astuces, trouver du relais… quand on a des enfants, avoir un réseau de soutien est primordial ! On peut trouver ce réseau auprès de ses proches, bien sûr, mais aussi dans des groupes de parole ou des ateliers sur la parentalité.

Le cycle d’ateliers « Vivre et grandir ensemble » débute le 26 mars !

Logo Parentalite Creative copie
Vivre et Grandir ensemble est un cycle d’ateliers conçu par Catherine Dumonteil-Kremeraccompagnante parentale, formatrice, auteure de nombreux ouvrages et notamment fondatrice de Parentalité Créative et du magazine Peps.

Tous les parents sont les bienvenus, dans un cadre chaleureux et confidentiel. Ces rendez-vous sont l’occasion de prendre un temps pour soi, de bénéficier d’une écoute et d’un soutien bienveillants, sans jugement, et de cheminer vers une parentalité respectueuse, joyeuse et créative !

Échanges et exercices pratiques permettent à chacun de mener sa réflexion et de trouver des solutions qui lui ressemblent, des outils adaptés à sa propre problématique. C’est aussi une chance de se créer un réseau de parents, véritable tribu locale de soutien et de solidarité.

heart-656633_1920
Le cycle est composé de 8 ateliers de 2h30 :

1. Samedi 26 mars – 10h : l’écoute, le soutien ;
2. Samedi 9 avril – 10 h : explorer les besoins physiologiques pour mieux se connaître ;
3. Samedi 30 avril – 10h : mettre la joie au centre de la vie de famille ;
4. Dimanche 8 mai – 10h : accompagner les pleurs et les colères ;
5. Samedi 21 mai – 10h : poser des limites à son enfant ;
6. Samedi 4 juin – 10h : quand la colère nous emporte.
7. Samedi 18 juin – 10h : comment les enfants apprennent ;
8. Mercredi 29 juin – 18h30 : renaître à soi-même en accompagnant ses enfants.

Exceptionnellement, le cycle est au prix découverte de 15€ l’atelier (soit 120€ – il est possible d’étaler l’encaissement). Il est impératif de s’engager sur la totalité du cycle.

Je reprends le travail… ou pas ?

Voici un article que j’ai rédigé pour le magazine du site lesmamans.fr , un réseau social qui permet aux parents d’entrer en contact et de partager des bons plans.

je reprends le travail

 

Avec un congé postnatal très court (10 semaines dans la plupart des cas), la question de la reprise du travail se pose très tôt pour la plupart des mères. En 2014, les mères d’un ou deux enfants étaient plus de 70% à exercer une activité professionnelle.

Faire le choix… difficile étape !

Quel qu’ait été le projet familial avant l’arrivée de l’enfant, la naissance de celui-ci vient souvent tout chambouler, il faut trouver un nouvel équilibre, même quand il ne s’agit pas du premier bébé. Certaines ne se voient plus tellement laisser si vite leur tout-petit, d’autres ont besoin de travailler à l’extérieur pour se sentir pleinement épanouies ; et beaucoup se situent quelque part au milieu !

Je reprends le travail… pour être plus riche ?

La question financière se pose, mais avec un des deux parents en activité parentale, on peut réduire beaucoup de dépenses et inventer un nouveau fonctionnement où l’on consomme mieux et moins, et où l’on est riche de beaucoup d’autres choses ! Si la mère souhaite ou doit reprendre son activité professionnelle, on peut aussi être très créatifs pour continuer à pourvoir au mieux aux besoins du tout-petit, qui restent énormes. Et que la maman s’occupe ou non à plein temps de son foyer, il faut aménager les choses pour répartir réellement équitablement l’ensemble des tâches et éviter le burn-out maternel !

Une décision familiale

je reprends le travailPour que la situation soit bien vécue par tous, il est important que chaque membre de la famille puisse exprimer ses besoins, ses envies, ses appréhensions… en n’oubliant surtout pas la première intéressée, qui ne doit pas se sacrifier ! Personne n’y gagnerait.

Pour prendre une décision dont les conséquences toucheront l’ensemble de la famille à long terme, on peut utiliser la bonne vieille méthode de la liste des « pour » et des « contre ». Recueillir des témoignages de proches et trouver une oreille attentive et bienveillante à qui se confier sera bien sûr d’une grande aide. Participer à un groupe de parole ou un atelier de parents sur le sujet aidera aussi à aller plus loin : ils permettent en effet de travailler sur son propre vécu et de libérer sa créativité pour trouver des solutions inattendues !

 

Peps Café le 2 mars à Franconville

J’animerai un Peps Café avec Carol Bubenik le 2 mars prochain à 10h30 au Centre de Bien-Être !

Un Peps Café, c’est un moment de détente, de rencontre et d’échanges
entre parents. C’est l’occasion de tisser des liens, de partager sur des sujets qui nous tiennent à cœur ou nous posent question, mais aussi de découvrir PEPS, le magazine de la parentalité positive, un trimestriel plein de ressources, de bonne humeur et de bienveillance.

L’entrée est libre et les enfants sont les bienvenus ; chacun peut apporter une petite douceur pour rendre ce rendez-vous encore plus convivial et gourmand ! J’ai hâte de vous y retrouver.

mother-932127_1920

 

 

Mercredi 2 mars
à partir de 10h30

Centre de Bien-être
93 rue de la Station
95130 Franconville.


N’hésitez pas à m’avertir de votre venue au 06.99.64.29.16.

 

Cocotaki !

Vous devenez parfois chèvre avec vos enfants ? Pourquoi pas faire le coq, le lion ou l’âne avec eux ?

Les bienfaits du jeu sont multiples : celui-ci permet aux enfants de découvrir et d’appréhender leur environnement, leurs relations aux autres, de se préparer à de nombreux apprentissages… mais c’est aussi, pour toute la famille, le moyen de relâcher les tensions, tisser ou resserrer des liens. En remplissant son « réservoir affectif », chacun est ainsi bien plus disposé à accepter les contraintes du quotidien et coopérer, pour une ambiance plus détendue et apaisée.

Malheureusement, côté parents, nous sommes nombreux à avoir du mal à trouver du temps, de l’énergie et des idées pour jouer régulièrement.

Cocotaki est rapide à installer, facile à expliquer et à comprendre, peu encombrant (on peut donc l’emporter facilement) et met très vite l’ambiance. C’est un jeu de défausse qui rappelle le Uno : le but est de se débarrasser le premier de ses huit cartes en posant une carte de la même couleur ou du même animal que la carte précédente… tout en imitant le cri de l’animal qu’on pose. Sauf si celui-ci est rouge, il faut alors se taire… Sauf si c’est un coq rouge, et il faut alors crier « cocotaki ! » Il faut donc rester aussi vigilant que réactif, et les enfants jubilent de voir les grands imiter toute la ménagerie et s’emmêler les pinceaux. Ça va bêler dans les chaumières !

gigamic_amecc_cocotaki_box-game

Pancakes complices

Les matins où l’on est moins pressés, pourquoi ne pas se mettre aux fourneaux avec les petits et préparer de délicieux pancakes pour le petit déjeuner ?
Cette recette très simple et rapide est l’occasion de se régaler, mais aussi de partager un moment de complicité sans retourner la cuisine et prendre toute la matinée. Et, cerise sur le gâteau, de se délecter discrètement de la mine toute fière du petit cuistot en herbe.

pancakes

1/2 sachet de levure
1 verre 1/3 de farine
2 cuillerées à soupe de sucre
1 œuf
1 verre de lait
2 cuillerées à soupe d’huile

Le blog, c’est parti !

Bonjour et bienvenue sur le blog d’une accompagnante parentale !
Elle renferme bien des choses à vous dire, cette simple phrase…

Qu’est-ce qu’une accompagnante parentale ?
Quelqu’un qui accompagne les parents qui recherchent du soutien, ou qui souhaitent s’engager sur le chemin d’une parentalité plus positive. Cet accompagnement peut prendre différentes formes : groupes de parole, ateliers, suivi individuel, formations…

Qu’est-ce que la parentalité positive ?
Une parentalité qui vise à redonner du plaisir et de l’harmonie, à retrouver la joie de vivre en famille, en respectant chacun de ses membres et en lui donnant sa place, conscient de son identité propre et de ses besoins.

Qu’est-ce qu’un blog ? Non, je plaisante.
En tous cas, celui-ci vous parlera de mes activités et de parentalité positive, bien sûr, car il y a beaucoup à dire sur ce sujet ; j’ai envie d’y partager avec vous mes idées, réflexions et découvertes… alors oui, le blog, c’est parti !

Le blog c'est parti_2