… laisser traîner la main sur les murs (#2)

imprint-868979_1920

En marchant dans la rue, on laisse traîner une main sur le côté, au hasard de ce qu’on pourra bien longer : mur, grillage, palissade, haie. On passe de la douceur de la brique à la rugosité du crépi, les doigts s’engourdissent au fur et à mesure ; tout à coup ils rebondissent sur les barreaux d’une barrière, les losanges d’un grillage, d’où sort parfois du feuillage, qu’on attrape au passage. Souvent, les parents, la maîtresse, râlent mollement, pour le principe. « Ah non, arrête d’arracher les feuilles ! Et puis regarde ta main, elle est toute noire ! ». On fait comme si on n’avait pas entendu, ils n’insistent pas. Ils n’ont peut-être pas oublié.

Auteur : raphoulette

Consultante parentale... une sorte de Mary Poppins ! Mon métier : accompagner les parents et tous ceux qui côtoient des enfants vers plus de bienveillance et de créativité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *