Je reprends le travail… ou pas ?

Voici un article que j’ai rédigé pour le magazine du site lesmamans.fr , un réseau social qui permet aux parents d’entrer en contact et de partager des bons plans.

je reprends le travail

 

Avec un congé postnatal très court (10 semaines dans la plupart des cas), la question de la reprise du travail se pose très tôt pour la plupart des mères. En 2014, les mères d’un ou deux enfants étaient plus de 70% à exercer une activité professionnelle.

Faire le choix… difficile étape !

Quel qu’ait été le projet familial avant l’arrivée de l’enfant, la naissance de celui-ci vient souvent tout chambouler, il faut trouver un nouvel équilibre, même quand il ne s’agit pas du premier bébé. Certaines ne se voient plus tellement laisser si vite leur tout-petit, d’autres ont besoin de travailler à l’extérieur pour se sentir pleinement épanouies ; et beaucoup se situent quelque part au milieu !

Je reprends le travail… pour être plus riche ?

La question financière se pose, mais avec un des deux parents en activité parentale, on peut réduire beaucoup de dépenses et inventer un nouveau fonctionnement où l’on consomme mieux et moins, et où l’on est riche de beaucoup d’autres choses ! Si la mère souhaite ou doit reprendre son activité professionnelle, on peut aussi être très créatifs pour continuer à pourvoir au mieux aux besoins du tout-petit, qui restent énormes. Et que la maman s’occupe ou non à plein temps de son foyer, il faut aménager les choses pour répartir réellement équitablement l’ensemble des tâches et éviter le burn-out maternel !

Une décision familiale

je reprends le travailPour que la situation soit bien vécue par tous, il est important que chaque membre de la famille puisse exprimer ses besoins, ses envies, ses appréhensions… en n’oubliant surtout pas la première intéressée, qui ne doit pas se sacrifier ! Personne n’y gagnerait.

Pour prendre une décision dont les conséquences toucheront l’ensemble de la famille à long terme, on peut utiliser la bonne vieille méthode de la liste des « pour » et des « contre ». Recueillir des témoignages de proches et trouver une oreille attentive et bienveillante à qui se confier sera bien sûr d’une grande aide. Participer à un groupe de parole ou un atelier de parents sur le sujet aidera aussi à aller plus loin : ils permettent en effet de travailler sur son propre vécu et de libérer sa créativité pour trouver des solutions inattendues !

 

Auteur : raphoulette

Consultante parentale... une sorte de Mary Poppins ! Mon métier : accompagner les parents et tous ceux qui côtoient des enfants vers plus de bienveillance et de créativité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *