Pitas-pizzas

Idée pour varier les menus et faire la cuisine soi-même simplement : acheter des pains « spéciaux » !

Pour les pains à hot-dogs ou hamburgers, pas besoin de vous faire un dessin ; mais les pains pour faire des pitas, kebabs et autre muffins peuvent très facilement être détournés : en pizzas, en les coupant en deux et en les garnissant, en sandwiches déclinables à l’infini… cela peut d’ailleurs être l’occasion de cuisiner ensemble, chacun composant le plat de ses rêves avec différents ingrédients !

Et comme ils ont généralement un goût neutre, chez moi les pains spéciaux ont déjà sauvé plusieurs petits déjeuners « mauvaise surprise, le placard est vide » (fourrés à la pâte à tartiner, par exemple). Idem avec les restes du frigo, ils ont déjà transformé des crises de flemmingite aigüe ou des repas « galère-le frigo est vide » en véritables découvertes gustatives, telle cette pita houmous de coeur de palmier/tomate/haricots blancs).

Cette semaine, j’ai même eu la bonne surprise de voir mon cadet de 8 ans caler un petit creux en s’improvisant une pita au concombre plutôt que de sombrer du côté sucré de la force !

Et vous, avez-vous des ingrédients magiques aux pouvoirs multiples ?

Café des parents spécial « pleurs et colères » le 13 juin à Franconville

Ces tempêtes émotionnelles qui traversent régulièrement nos enfants, et ne nous laissent jamais indifférent-e-s, comment les interpréter ? Comment réagir ?
Dans une ambiance intime, conviviale et chaleureuse, venez en discuter entre parents !

Un atelier gratuit pour découvrir le cycle Vivre et Grandir Ensemble !

Le 21 avril prochain, j’animerai chez Port Parallèle Paris* un atelier gratuit de découverte sur la parentalité positive et créative.

Des activités ludiques et percutantes, des temps d’échanges chaleureux et bienveillants, des infos concrètes et pertinentes… et surtout, beaucoup, beaucoup de bonne humeur !

Ces deux heures vous permettront de vous initier aux principes et enjeux d’une éducation consciente, et de faire un tour d’horizon des différentes facettes du cycle « Vivre et Grandir Ensemble », créé par Catherine Dumonteil Kremer. L’occasion de découvrir les super-pouvoirs d’un atelier de parents animé par une accompagnante professionnelle !

Mise en place pour les membres de Port Parallèle, cette séance est également ouverte aux personnes extérieures ; les entrepreneurs de la coopérative peuvent donc inviter des proches, et les autres… me contacter !

Toutes les infos sont ici : https://communaute.portparallele.com/evenements/vivre-et-grandir-avec-ses-enfants-developper-votre-creativite-de-parent/

* Une autre séance sera très prochainement programmée à Pontoise.

Faire les courses avec ses enfants

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous un article d’une de mes consœurs, Élise Fournier ; son témoignage m’a émue, amusée et inspirée.

De l’art de faire les courses avec ses enfants… ou encore d’apprendre à accepter, et voir à demander de l’aide !

Un jour, j’ai vu passer une publication sur Facebook, qui m’a particulièrement interpelée… Une petite bande-dessinée humoristique qui montre une maman suivie par son enfant partout, j’ai bien dit partout ! Même aux toilettes, évidemment ! (Toute ressemblance avec la réalité… ;)) C’était quelque chose du genre : « Etre mère, c’est se croire en vacances quand on se rend seule au supermarché.» Ça vous parle ? A moi oui !

« Je vais me débrouiller, merci ! »

Aujourd’hui, je suis allée acheter une boîte d’œufs au supermarché toute seule, et ouais, quel pied ! D’après mes calculs, j’en avais pour à peine 5 min top chrono, le grand luxe ! Mais… mon destin en a décidé autrement !

Il y a une longue queue à la caisse. Juste derrière moi, une maman accompagnée d’un bébé, qui est installé dans son siège-auto, posé dans le caddie. Alors qu’elle s’installe dans la queue, le bébé (qui doit avoir 4 mois), commence à s’agiter et à pleurer. Elle lui ordonne alors de se taire, lui dit que ce n’est pas le moment de commencer à s’énerver. Elle tente alors de lui mettre sa tétine dans la bouche et lui demande de patienter. Elle lui dit qu’il est pénible. Il continue à s’agiter. Elle essaie donc de nouveau de lui mettre sa tétine dans la bouche mais sans succès. Alors, elle finit par le prendre dans ses bras et par lui dire : « T’es vraiment chiant ! ».

Là, je me demande comment je pourrais aider cette maman. Je lui propose simplement de passer devant moi et de l’aider à vider son caddie. Elle se sent alors comme obligée de se justifier : « Ah là là, c’est mon quatrième, mais qu’est-ce qu’il est casse-pieds celui-là ! » Que répondre à ça ? J’ai alors improvisé une réponse comme celle-ci : « Il a juste besoin de contact avec sa maman. » Aurais-je dû me taire, dire autre chose, je ne sais pas… A partir de ce moment-là, elle lui a parlé avec plus de douceur, il n’était plus « chiant » ou « casse-pieds » mais « coquinou »… Quand il s’est agité de nouveau, elle lui a quand même dit qu’il n’avait rien à dire parce qu’il était à bras. Bon…

Je réitère ma proposition de l’aider à vider son caddie et à prendre ma place dans la queue. Elle refuse de nouveau. « J’ai l’habitude de tout faire toute seule ». Ce à quoi je lui réponds, tout en me le disant à moi-même (parce que cette phrase, j’aurais pu la dire aussi) : « Ce n’est peut-être pas une bonne habitude qu’on a prise, nous, les mamans, de tout faire toutes seules et de ne pas demander de l’aide. »

Les courses en mode « traversée solitaire »…

Cette situation me renvoie à plusieurs choses.

Pour commencer, à toutes ces fois où j’ai fait les courses toute seule avec un, puis deux enfants… A toutes ces fois où je me suis retrouvée à la caisse en train de vider mon caddie, mettre tous mes achats dans les sacs, et de nouveau tout remettre dans le caddie, le tout avec une main, en chantant et berçant mon bébé hurlant dans l’écharpe de portage ou la poussette. A toutes les fois où, l’un de mes enfants, encore bambin, expérimentait, pendant ce même passage à la caisse, l’ouverture automatique de la porte du magasin, porte qui donnait directement sur le parking… J’ai quelques sprints à mon actif ! Et aussi à toutes les fois où mes enfants ont expérimenté le cochon pendu sur les barres qui séparent les caisses. Et tout cela, sous le regard pressant des personnes qui faisaient la queue derrière moi. Du sport de haut niveau : j’en ai brûlé des calories dans ces moments-là ! (D’ailleurs, à cette même période où j’étais maman à temps plein, je n’ai jamais compris pourquoi on me demandait si j’avais le temps de faire du sport… tu rigoles ou quoi ?!!!) J’aurais tellement eu besoin d’aide mais je n’ai jamais demandé.

Les années passant, j’ai progressé, j’ai optimisé mon organisation et, les enfants ont grandi (ce qui n’est pas négligeable, quand même !)

Et si faire les courses devenait… amusant ?

    

Les courses, il faut bien y passer de temps en temps alors, comment faire ?

Voilà les quelques trucs que nous avons mis en place ici. Premier point : si je peux éviter d’emmener les enfants avec moi, c’est aussi bien. Y aller avec un seul enfant, c’est pas mal non plus. Quand j’avais un seul enfant, il y a eu des moments de grosse galère, je ne vous le cache pas mais globalement ça allait encore. Dès qu’il a su marcher, il a participé aux courses et, en y allant à son rythme, on s’en sortait plutôt bien. J’ai aussi rapidement limité les courses au supermarché pour privilégier la cueillette ou les achats à la ferme ou chez le producteur. Les courses devenaient alors une sortie à part entière. A l’arrivée de mon deuxième enfant, il a fallu trouver de nouvelles stratégies. Bon point pour moi : l’aîné avait alors presque 5 ans et connaissait parfaitement les rayons et le personnel de l’endroit où nous faisions nos courses. Je lui confiais alors des missions et il faisait les allers-retours entre le caddie et les différents rayons. Ce qui a pu me permettre, par exemple, de proposer une tétée à N°2 en pleine séance de courses alors qu’il venait de se réveiller de sa sieste, commencée dans la voiture par exemple… (Vous voyez de quoi je parle ?) Sitôt qu’il a su lire, mon aîné a appris à se servir de ma carte bleue et avec une liste de courses réduite à l’essentiel en mains, il est régulièrement arrivé que je l’attende dans la voiture avec son frère qui dormait. Afin de motiver mon grand à continuer de m’aider pour les courses, nous sommes ensuite passés aux missions spéciales avec rollers aux pieds dans le magasin, assez efficace ! Puis, mon cadet a grandi et a, lui aussi, commencé à participer aux courses. Avec deux agents spéciaux en stock, on est devenus les rois des courses ! 😉 Aller chercher les yaourts, un paquet de spaghettis, 6 bananes, les peser, vider le caddie, remplir les sacs, taper le code de la carte bleue, appuyer sur le bouton vert… gardez le rythme, à chacun sa mission !

Et à garder dans un coin de notre tête…

Un lieu comme le supermarché est un lieu d’hyperstimulation pour un tout-petit mais aussi pour un plus grand, et savoir qu’il était possible (voire même probable), par conséquent, que mon enfant fasse une crise de rage ; savoir qu’un bébé ne peut différer ses besoins et que pour les bambins, les enfants et même les adultes, ce n’est pas toujours possible (en ce qui me concerne, quand j’ai faim, je suis particulièrement irascible, c’est un fait !) sont des informations qui m’ont beaucoup aidées.

Accepter d’être aidé et demander de l’aide

Et savoir, et surtout, découvrir que l’on peut accepter de l’aide, a… changé ma vie ! (Allez, on peut le dire !) Un jour, alors que nous étions en train de passer en caisse avec un caddie plein à craquer, et que mes enfants s’étaient transformés en cochon pendus, un monsieur m’a dit : « Je vais vous aider. » Je n’ai pas eu le temps de dire quoi que ce soit, il était déjà en train de vider mon caddie… Alors que j’étais sur le point de lui dire que j’allais me débrouiller (quand même, j’ai ma fierté…et puis, j’ai l’habitude de me débrouiller toute seule ! Voilà, je l’ai dit moi aussi ;)), j’ai décidé d’accepter son aide et je lui ai simplement dit « Merci ! » du fond du cœur, vraiment. A partir de ce jour-là, je me suis engagée envers moi-même à proposer mon aide sitôt quand j’en aurais l’occasion. Ce n’est pas si facile et je n’y arrive pas encore à chaque fois, par peur de déranger, d’être intrusive, peut-être… Et je me suis même dit que j’allais apprendre à demander de l’aide. Pas si facile, j’ai encore du pain sur la planche ! Certainement par peur d’être jugée… Au moment d’accompagner une crise de rage, par exemple, on pourrait simplement demander : « Pourriez-vous me garder mon caddie s’il vous plaît, je dois sortir un moment avec mon enfant. » Et puis, on peut aussi demander de l’aide à nos enfants, qui sont encore et toujours de précieux alliés et qui coopèrent avec joie la plupart du temps ! Et cela d’autant plus que l’on aura veillé à combler quelques besoins de base avant (ou pendant) les courses : grignoter un truc, avoir de l’eau à portée de mains, savoir où se situent les toilettes (ça peut servir !), être allé faire un tour au parc avant ou faire du roller pendant ;)… Et accepter que nos enfants soient enthousiastes et communiquent leur joie aux autres clients (ben oui, ça peut même devenir un moment assez joyeux les courses !). Et pour finir, consentir à quelques « extras » dans nos achats pour leur faire plaisir !

Voilà quelques idées en vrac (liste non exhaustive !) pour vivre ce moment qui peut parfois nous apparaître comme une véritable corvée et le transformer en un temps de partage qui va nourrir la relation.

Et chez vous, les courses, ça se passe comment ?

Élise Fournier, consultante en Parentalité Créative

Vivent les jeux vidéo !

Un article très intéressant sur les bienfaits des jeux vidéos, qui vous rassurera peut-être (je l’espère !) sur le temps passé par les enfants devant les écrans. Le n°4 de Peps était consacré à ce thème, et il est en téléchargement gratuit sur le site du magazine !

Les nombreux bienfaits, pour les enfants, des jeux vidéo (par Dr. Peter Gray)

Bonne année !

Pour 2017, je vous souhaite tout ce qui fait le sel de la vie :
des jeux, des rires, des câlins, des danses endiablées,
des explorations et des découvertes…
Du temps pour vous et pour vos proches, pour cheminer,
pour vous (re)découvrir, pour ne rien faire…
Je vous souhaite du plaisir, et de profiter de la vie,
instant après instant !

BONNE ANNÉE !

Être parents, une aventure

À partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche, le REAAP du Val d’Oise organise « Être parent, une aventure », une semaine d’actions, de rencontres et d’échanges autour de la parentalité.
Val d’Oisien-ne-s, avec 75 événements dans tout le département, il y en a sûrement un près de chez vous !
Pour ma part, j’assisterai au forum pour les professionnels qui aura lieu mercredi après-midi à Éragny.

etreparent

… laisser traîner la main sur les murs (#2)

imprint-868979_1920

En marchant dans la rue, on laisse traîner une main sur le côté, au hasard de ce qu’on pourra bien longer : mur, grillage, palissade, haie. On passe de la douceur de la brique à la rugosité du crépi, les doigts s’engourdissent au fur et à mesure ; tout à coup ils rebondissent sur les barreaux d’une barrière, les losanges d’un grillage, d’où sort parfois du feuillage, qu’on attrape au passage. Souvent, les parents, la maîtresse, râlent mollement, pour le principe. « Ah non, arrête d’arracher les feuilles ! Et puis regarde ta main, elle est toute noire ! ». On fait comme si on n’avait pas entendu, ils n’insistent pas. Ils n’ont peut-être pas oublié.

Poussez, Monsieur !

Voici un court-métrage italien où l’on tente d’imaginer ce que serait la conception « naturelle » si elle était aussi médicalisée que l’accouchement… édifiant !
Plus les couples seront informés de leurs droits et de ce qu’est VRAIMENT un accouchement physiologique, plus vite les choses changeront !
(À regarder sans vos enfants si vous n’avez pas le temps de parler sexualité avec eux là tout de suite maintenant, peut-être 😉 )

 

(Je ne possède pas les droits de ce film ; si vous en êtes l’auteur(e) et que sa diffusion en l’état pose le moindre problème légal ou moral, merci de me contacter).

Prochain Peps Café le 17 septembre !

Venez échanger entre parents, grand-parents, accompagnants d’enfants….
Partager, se soutenir, cheminer ensemble sur nos questions de parentalité, quel bonheur ! Bonne humeur et bienveillance garanties.

L’entrée est libre (chacun apporte simplement un petit quelque chose à boire ou à manger) et les enfants sont les bienvenus.

À très vite !

child-646201_1920

Samedi 17 septembre
à partir de 16h00

Centre de Bien-être
93 rue de la Station
95130 Franconville.

Merci de m’avertir
de votre venue
au 06.99.64.29.16.